Grippe porcine

Ne doit pas être confondu avec la grippe A (H1N1) de 2009, initialement appelée « grippe porcine ».

Les virus de la grippe peuvent migrer des cochons aux hommes et aux oiseaux.

Une grippe porcine est une maladie respiratoire aiguë provoquée par un virus grippal infectant les cochons. En 2009, les souches de grippe porcine connues comprennent des virus d'influenza C et des virus de type A, notamment certains appartenant aux sous-types H1N1, H1N2, H3N1, H3N2 et H2N3.

La grippe porcine est courante chez les porcs, avec une estimation de 25 % des animaux atteints à l'échelle mondiale. Son taux de morbidité est élevé et son taux de mortalité est faible[1],[2]. Le virus est transmis par contact direct et indirect et par aérosols, par des animaux malades ou porteurs asymptomatiques. En zone tempérée il existe des pics épidémiques en automne et en hiver. Des vaccinations systématiques sont effectuées sur les populations de porcs dans de nombreux pays.

Les virus grippaux porcins les plus fréquents appartiennent au sous-type H1N1 mais d'autres sous-types existent et les porcs peuvent être co-infectés par plusieurs types de virus en même temps, ce qui peut engendrer un virus recombiné résultant du mélange de différents sous-types. Ces virus n'infectent normalement que les porcs mais ils peuvent parfois passer la barrière de l'espèce et provoquer la maladie chez l’homme, généralement chez des personnes en contact étroit avec les porcs. Quelques cas de transmissions interhumaines ont également été rapportés. En 1976, elle causa la mort d'une personne aux États-Unis[3].


Historique

La grippe porcine a été suspectée pour la première fois d'être liée à la grippe humaine au cours de la pandémie de grippe de 1918, lorsque des porcs sont tombés malades en même temps que l'homme.[4] La première identification d'un virus de la grippe comme une cause de la maladie chez les porcs a eu lieu une dizaine d'années plus tard, en 1930[5]. Durant 60 ans, les grippes porcines ont été presque exclusivement des souches H1N1. Puis, entre 1997 et 2002, de nouvelles souches de trois sous-types différents et cinq génotypes se sont révélé être à l'origine de la grippe chez le porc en Amérique du Nord. En 1997-1998, les souches H3N2 apparurent. Ces souches, qui comprennent des gènes dérivés de réassortiment avec les souches humaine, porcine et aviaire, sont devenues une cause majeure de la grippe porcine en Amérique du Nord. Des réassortiments entre H1N1 et H3N2 ont produit le H1N2. En 1999 au Canada, une souche du H4N6 a franchi la barrière des espèces d'oiseaux pour les porcs, mais a été contenue sur une seule ferme[5].

La forme H1N1 de la grippe porcine est l'un des descendants de la souche qui a causé la pandémie de grippe de 1918.[6],[7] En plus de la persistance chez les porcs, les descendants du virus de 1918 ont également circulé chez l'homme au cours du 20e siècle, contribuant aux épidémies de grippes saisonnières[7]. Toutefois, la transmission directe du porc à l'homme est rare, avec seulement 12 cas aux États-Unis depuis 2005[8]. Néanmoins, le maintien des souches d'influenza chez les porcs après que ces souches ont disparu de la population humaine pourrait faire des porcs un réservoir où les virus de la grippe peuvent persister, émergeant plus tard pour réinfecter l'homme.

La grippe porcine a été signalée à plusieurs reprises en tant que zoonose chez les humains, habituellement avec une distribution limitée, rarement avec une large distribution. Les épidémies sont fréquentes dans l'espèce porcine et sont responsables d'importantes pertes économiques dans l'industrie, principalement en causant des retards de croissance et de temps de mise sur le marché.

1918 pandémie humaine

La grippe de 1918 chez les humains a été associée à l'influenza H1N1 et la grippe est aussi apparue chez les porcs[7]

1976 épidémie de grippe aux États-Unis
1988 Zoonose

En septembre 1988, un virus de grippe porcine a tué une femme et infecté plusieurs personnes.

1998 épidémie de grippe porcine aux États-Unis
2007 épidémie de grippe chez les porcs aux Philippines
2009 épidémie chez les humains
Article détaillé : Grippe A (H1N1) de 2009.

Étiologie

La grippe porcine est due à des virus grippaux, virus à ARN appartenant à la famille Orthomyxoviridae endémiques des porcs, au genre Influenzavirus et au sous-type H1N1 ou H3N2 le plus souvent. Il s'agit de virus de type A comme le H1N1, H1N2, H3N1 et le H3N2[9],[10]. Récemment, des recherches ont indiqué que le virus H2N3 pouvait également être à l'origine de ce type de grippe[11]. Les virus isolés chez le porc et chez l’homme ont une origine commune et des échanges de virus se produisent couramment entre ces deux espèces.

Des chercheurs se penchent actuellement sur le lien qui avait été initialement établi entre le triple hybride de la grippe A (H1N1) et certaines méga-porcheries sales, dangereuses et inhumaines[12].

Épidémiologie

  • Espèces affectées : le porc (sanglier, pécari...), l'Homme et rarement, chez les oiseaux comme la sauvagine par exemple.
  • Sources et transmission de l’infection : le virus est excrété dans le milieu extérieur par les malades ou porteurs du virus sous forme d’aérosols, ou dans les sécrétions nasales ou trachéobronchiques. Le virus peut aussi être transmis de façon indirecte par les véhicules, le lisier, les trottoirs, etc.


Un vers parasite (strongle ou Metastrongylus semble pouvoir être aussi impliqué dans la diffusion du virus [13]

Tableau clinique

Tableau clinique
  • Durée d’incubation : 24 à 48 heures
  • Symptômes : fièvre importante (41 °C), anorexie brutale, prostration et douleurs musculaires.

Apparition de difficultés respiratoires laissant place à une toux sèche, profonde et quinteuse et un jetage abondant. La guérison a lieu entre le 7e et le 9e jours.

Diagnostic expérimental

  • Mise en évidence de l’agent pathogène par la réaction d’hémagglutination ou des techniques d’immunofluorescence.
  • Mise en évidence des grippes porcines par inhibition de l’hémagglutination ou par hémolyse radiale.

Notes et références

  1. Foire aux questions sur la grippe porcine sur www.who.int, OMS, 2009. Consulté le 29 avril 2009
  2. Key Facts about Swine Influenza (Swine Flu) sur www.cdc.gov, CDC, 2009. Consulté le 29 avril 2009
  3. 1976 : la grippe porcine terrorise les États-Unis, nouvelobs.com, 28 avril 2009. Consulté le 14 juillet 2009
  4. (en) The Threat of Pandemic Influenza: Are We Ready? Workshop Summary (2005), The National Academies Press, Washington, D.C., « 1: The Story of Influenza », p. 75 
  5. a et b Olsen CW, « The emergence of novel swine influenza viruses in North America », dans Virus Research, vol. 85, no 2, May 2002, p. 199–210 texte intégral, lien PMID ] 
  6. Soft evidence and hard sell, New York Times (5 September 1976).
  7. a, b et c Taubenberger JK, Morens DM, « 1918 Influenza: the mother of all pandemics », dans Emerg Infect Dis, vol. 12, no 1, 2006, p. 15–22 texte intégral, lien PMID ] 
  8. U.S. pork groups urge hog farmers to reduce flu risk (26 April 2009).
  9. (en) Swine Diseases (Chest) - Swine Influenza, Iowa State University College of Veterinary Medicine
  10. (en) eurekalert Tips from the Journals of the American Society for Microbiology - Novel H3N1 Swine Influenza Virus Identified in Pigs in Korea
  11. (en) PNAS Published online before print December 18, 2007, doi: 10.1073/pnas.0710286104 PNAS December 26, 2007 vol. 104 no. 52 20949-20954
  12. http://www.avaaz.org/fr/ AVAAZ.ORG
  13. The in vitro association of swine influenza virus with Metastrongylus species.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site