L'épanchement pleural

Aspects cliniques

L'épanchement pleural liquidien se manifeste par une dyspnée, une toux, une douleur thoracique. C'est un diagnostic clinique basé sur la percussion et l'auscultation thoracique (la radiographie n'est qu'une confirmation de l'épanchement liquidien).

Les étiologies ne sont pas toujours néoplasiques :

insuffisance ventriculaire gauche ,

atélectasie,

embolie pulmonaire.

Tous les cancers peuvent donner un épanchement pleural souvent récidivant (après ponction), mais plus spécialement :

le cancer broncho-pulmonaire,

le cancer du sein,

le cancer de l'ovaire,

le mésothéliome.

Ponction

La ponction pleurale évacuatrice simple permet de confirmer le diagnostic, d'orienter l'étiologie.

C'est un acte thérapeutique intéressant car il soulage généralement très rapidement le malade.

Si l'épanchement est massif, on se limite à un litre de liquide pour éviter le fameux oedème pulmonaire 'a vacuo'.

Même dans la phase pré-terminale, une ponction évacuatrice apporte un soulagement net au patient.

Le talcage

Avant la phase terminale, le patient va souvent être importuné par la récidive plus ou moins rapide de l'épanchement se traduisant par des douleurs, mais surtout par une dyspnée progressivement croissante, gênant considérablement la vie et le bien être relatif du patient.

Le talcage peut s'effectuer :

par le drain thoracique (talcage à l'aveugle)

par pleuroscopie.

L'obstacle majeur à la réalisation est constitué par un épanchement multiple et enkysté : un certain degré d'épanchement est nécessaire pour obtenir une diffusion large du talc dans la plèvre.

Cet acte thérapeutique spécialisé est peu douloureux, rapide, ne se compliquant que rarement (ascension thermique dans les 24-48 premières heures).

L'efficacité est très grande avec assèchement pendant plusieurs mois dans 90 à 95% des cas. Il faut donc le proposer quand la durée de survie prévue du malade dépasse le mois.

Quelques contre-indications doivent être respectées : poumon trappé (défaut de ré-expansion) et perte d'élasticité pulmonaire (lymphangite carcinomateuse, poumon radique), métastases pleurales diffuses.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×