L'hémoptysie

Hémoptysie de petite et moyenne abondance

Elles ne nécessitent pas de mesures particulières d'urgence. Cependant, parfois, une fibroscopie bronchique permet de rattacher l'hémoptysie à son origine et de proposer un traitement spécifique (même en phase palliative - non terminale).w

Ainsi, on peut envisager un traitement local par embolisation artérielle pulmonaire, par laser, par curiethérapie endrobronchique, par radiothérapie hémostatique par voie externe, mais également parfois un acte chirurgical simple.

Hémoptysie massive

Il s'agit d'un événement assez rarement en cause dans la mort du patient par cancer du poumon. Ce n'est pas tant la déperdition sanguine que l'inondation des voies aériennes bronchiques qui est dangereuse pour la vie du patient.

Le cancer le plus fréquemment en cause est le cancer bronchique épidermoïde, parce qu'il envahit les vaisseaux et se nécrose.

Une cause assez fréquente d'hémoptysie est l'aspergillose pulmonaire et l'aspergillome, qui surviennent chez les malades immunodéprimés (après une chimiothérapie prolongée).

Plus rarement, l'hémoptysie est en rapport avec la thérapeutique (laser, curiethérapie endobronchique).

Le traitement comporte des mesures simples (position semi-assise, oxygénation, aspiration) et la recherche rapide d'une étiologie (bronchoscopie si l'état du malade le permet).

Dans les hémoptysies terminales, on cherchera surtout à lever l'angoisse du patient (morphine sous cutanée, midazolam - Hypnovel™), en restant avec lui jusqu'à son endormissement.

En cas d'absence de traitement étiologique efficace (chirurgie par exemple), différentes techniques ont été proposées comme la pose d'une sonde de Fogarty, l'embolisation, la radiothérapie, le laser, etc..

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×